CURES THERMALES EN PHLÉBOLOGIE ET RHUMATOLOGIE DANS LES LANDES

Qu’est-ce que l’arthrose ?

L’arthrose est une maladie des articulations qui s’attaque en premier lieu au cartilage avec une érosion lente jusqu’à une disparition totale.

C’est une maladie chronique, difficile à éradiquer qui évolue par poussées.

Elle touche principalement les genoux (gonarthrose) , les hanches (coxarthrose), les lombaires (lombarthrose) , les cervicales (cervicarthrose) et les mains.

Figure 1

Rappels anatomiques

Une articulation est composée de deux os face à face, recouverts de cartilage, le tout enfermé dans une capsule articulaire tapissée à l’intérieur par la membrane synoviale (cf. figure 1).

Dans des conditions normales, le cartilage a besoin d’un certain degré de pression pour vivre. Toute hypopression, mais surtout hyperpression, entraînent des lésions de ce cartilage.

L’arthrose est la résultante des phénomènes mécaniques et biologiques qui déstabilisent l’équilibre entre la synthèse et la dégradation du cartilage et de l’os situé dessous (définition de l’OMS).

L’arthrose débutante se traduit par des fissures puis des érosions du cartilage qui finit, au fil des années, par disparaître.

On parle d’arthrose terminale lorsque les cartilages de l’os ont disparu, elle s’accompagne d’une réaction de condensation de l’os (ostéocondensation), d’excroissances anormales (les « ostéophytes ») et de cavités (géodes), ainsi que de poussées de congestion de la membrane synoviale avec épanchement de synovie (cf. figure 1).

Toutes les articulations peuvent être touchées par l’arthrose, mais à des fréquences très variables. Les articulations  les plus atteintes sont la colonne vertébrale, les mains, les genoux et les hanches.

Les facteurs de risque

Dès la cinquantaine, le risque d’arthrose augmente avec l’âge et elle est plus fréquente chez la femme que chez l’homme.

Le grand facteur de risque de l’arthrose est l’hyperpression. Les causes de cette hyperpression sont nombreuses : surcharge pondérale et obésité, sur-utilisation professionnelle ou sportive (sport de haut niveau), traumatismes articulaires (fracture articulaire, luxation, entorses, contusion, lésion du ménisque du genou, etc…). Un terrain familial est souvent retrouvé (notamment pour l’arthrose des doigts).

Les signes d’arthrose

Quand elle se manifeste, l’arthrose fait souffrir, et enraidit l’articulation. Bon nombre d’arthroses sont dites « asymptomatiques » : on les découvre sur une radiographie mais elles ne font pas mal (notamment l’arthrose de la colonne vertébrale). La douleur de l’arthrose se manifeste surtout quand on se sert de son articulation. Elle se calme au repos.

La raideur articulaire s’installe très lentement et ne devient manifeste qu’après plusieurs années d’évolution. Elle peut entraîner une boiterie quand il s’agit d’articulations des membres inférieurs (hanche, genou).

Prise en charge de la lombalgie chronique suite à une arthrose lombaire (lombarthrose) ou cervicale (cervicarthrose)

La lombarthrose est le terme utilisé pour définir l’arthrose des lombaires. Elle correspond à une usure chronique du cartilage des articulations, situées au niveau des vertèbres lombaires. Cette usure entraine d’importantes douleurs dans le bas du dos (Lombalgie) et s'accompagne d'une raideur articulaire pouvant diminuer fortement la mobilité de la personne.

La lombarthrose est relativement fréquente dans cette partie du dos, du fait qu’elle est très sollicitée et supporte une grande partie du poids du corps. La lombarthrose a différentes origines, elle peut être due à une scoliose, une inflammation des disques intervertébraux, à une ancienne fracture, une maladie ou encore être la suite à un effort trop violent.

Si vous souffrez d’arthrose, outre les traitements possibles, certains changements dans votre mode de vie peuvent être mis en place pour vous soulager au quotidien. Comme par exemple :

  • Ne pas trop solliciter les articulations arthrosiques (en cas d’arthrose du genou ou de la hanche notamment, évitez de rester debout trop longtemps) ;

 

  • en dehors des poussées, la pratique d’une activité physique douce pour les articulations est recommandée à condition d’en adapter son intensité ;
  • En cas de surpoids, perdre du poids peut aider à soulager les articulations malades ;

 

  • grâce à l’aide d’un kinésithérapeute, des exercices de rééducation adaptés peuvent être salutaires ;
  • des aides à la marche (canne, déambulateur, etc.), des semelles plantaires ou encore des attelles peuvent aussi aider à soulager l’arthrose du genou, de la hanche, du pied ou des mains.
  • sur prescription médicale, la prise de médicaments antalgiques, anti-inflammatoires ou anti-arthrosiques peut être envisagée selon les cas.Contrairement au  paracétamol qui permet de calmer certaines crises et qui présente une bonne tolérance le plus souvent, les anti inflamamtoires (kétoprofène, ibuprofène..) sont à prescrire par le médecin car ils doivent rester d’usage limité du fait de nombreux effets secondaires.

Lorsque la maladie arrive à un stade avancé et que la douleur devient trop intense d’autres traitements peuvent être proposées pour soulager la douleur du patient arthrosique. C’est le cas notamment des infiltrations de corticoïdes, de la viscosupplémentation ou encore de la pose d’une prothèse de hanche ou de genou au cours d’une intervention chirurgicale.

A noter que  la chirurgie est à utiliser en dernier recours (prothèse totale de hanche, prothèse totale du genou) car les prothèses ont une action limitée dans le temps (durée de vie de 15 ans en moyenne)

 

Divers médicaments dits "antiarthrosiques" sont commercialisés en France. Mais ils n'ont pas d'action démontrée ni sur les symptômes ni sur l'évolution de l'arthrose, alors qu'ils exposent à des effets indésirables.

Place de la cure thermale à Saubusse dans le traitement de l’arthrose : une efficacité prouvée

La cure thermale est une alternative naturelle et douce pour l’organisme. Elle permet , grâce aux vertus anti-inflammatoires de l’eau, d’apaiser les douleurs et de réduire l’impact de la maladie sur le quotidien des personnes qui en souffrent.

L’eau thermale de Saubusse possède des vertus pour soulager les douleurs et améliorer la souplesse des tissus articulaires. Elle diminue les pressions et soulage les efforts, tandis que la chaleur procure des effets sédatifs et apaisants, le bain thermal agit donc comme un véritable traitement des rhumatismes.

D’une durée de 18 jours, la cure thermale en rhumatologie fait à la fois intervenir des soins généraux, qui concernent l’ensemble du corps (bains, massages sous eau thermale, mobilisation en piscine, séances de kinésithérapie…) et des soins locaux (douches et bains de pieds, de mains, applications locales de boue, vapeurs thermales agissant localement…).

Les effets bénéfiques des soins thermaux de Saubusse sont principalement liés à la chaleur, qui procure un effet décontracturant et myorelaxant et qui diminue le seuil d’excitabilité des récepteurs de la douleur. Les massages manuels ou par jets hydromassants présentent  également une action antalgique.

Suivre une cure thermale « rhumatologie » à Saubusse permet d’améliorer la souplesse des tissus et de réduire les douleurs d’arthrose au quotidien. La cure « rhumatologie » participe également à l’amélioration des capacités fonctionnelles des articulations et propose une réelle alternative à l’administration régulière d’anti-inflammatoires.

Autres pathologies prise en charge par la cure thermale de Saubusse

Les principales pathologies de l’orientation « Rhumatologie » traitées par la station de Saubusse sont :

  • L’arthrose dans toutes ses localisations (arthrose du genou, arthrose de la hanche, arthrose , arthrose du genou, arthrose de la colonne vertébrale…)
  • Les rhumatismes inflammatoires (arthrite, polyarthrite…)
  • Les tendinites et périarthrites
  • La fibromyalgie
  • Les séquelles de traumatismes et suites post-opératoires
150 avenue des Bains 

40180 Saubusse-Les-Bains